La Fratrie

 

La Fratrie « Les Brumes Claires »

Pourquoi offrir un lieu d’expression et de retrouvailles aux  « fratries différentes » ?

C’est le désir de communiquer, de nous épauler mais aussi de nous réjouir entre frères et sœurs de personnes adultes touchées par un handicap mental, qui a donné vie au groupe « Fratrie » dont je fais partie depuis 22 ans au Centre Reine Fabiola de Neufvilles.

Pour avoir vécu une fraternité particulière pendant 47 ans avec Jean-Pierre, trisomique,  je crois que ces initiatives sont fondatrices, porteuses mais beaucoup trop rares. On y prône la liberté d’expression , franche, vraie, spontanée de problèmes personnels ou généraux liés à nos familles « extra-ordinaires ». La participation doit vraiment y être libre, mais il est clair pour moi que  la proposer aux enfants est important.

S’exprimer par des mots, dans les jeux, les dessins, les écrits ou sous tout autre forme artistique, c’est prendre soin de soi. Comment est vécue la situation, en famille ? Dans la vie sociale ? Quel avis ont les frères et sœurs sur l’intégration ? Sur l’avenir de l’enfant différent ? Le regard curieux des autres est il accepté ?  Comment le souci de l’avenir est-il partagé à l’adolescence ? Comment faire face aux difficultés des parents puis à leur vieillissement ?

Autant de questions qu’il ne faut pas laisser tourner en rond à l’intérieur de soi… L’arrivée d’un enfant différent dans une famille c’est pour les parents, une préoccupation toujours, un chagrin souvent. Pour les F&S aussi. Cette fratrie sera pourtant dans bien des cas une aide à l’épanouissement de la personne différente et, très vite, un interface entre famille et société.

J’ai été sollicitée par Isabelle et Paul Dascotte, pour ouvrir un lieu d’expression, d’écoute, de contact en tout cas, entre les enfants dits « sans problèmes » de l’asbl des EDS .

De 4 à 40 ans, voilà un groupe original !

Un nom : « Les Brumes Claires » en référence à la chanson « L’Oiseau », titre générique du feuilleton des années 60 « Sébastien parmi les hommes » que mon frère a chantée toute sa vie.

En effet, les familles touchées par le handicap évoluent dans la brume des doutes, des craintes, des peurs du lendemain. Mais elles vivent aussi à la clarté des vraies valeurs de la vie, l’écoute, le respect, l’altruisme, la solidarité. Ces valeurs, nous les partageons avec ceux qui veulent bien, le temps d’une journée de bénévolat par exemple, suspendre le temps pour les enfants différents. Merci à eux !

Danielle Massart

Cliquez ici pour le résumé (mise en ligne 03/04/2013) de ce que nous avons réalisé vos enfants et moi, frères et sœurs d’enfants différents.

 

Comments are closed.